Le duo The Songwriters dévoile un second EP « plus solaire »

Vendredi 24 mai 2024, le duo normand The Songwriters sort « A record called love », son deuxième EP.

« A record called love », deuxième EP de The Songwriters, sort sur les plateformes vendredi 24 mai 2024. ©Suzanne Patzschke

Un an et demi après son premier EP de trois titres, The Songwriters sort sur les plateformes A record called love, qui en contient cinq. Interrogé par téléphone huit jours avant cette sortie du 24 mai, le duo pop-folk, originaire de l’Orne, a annoncé un EP « plus solaire, plus énergique » avec deux slows mais aussi des morceaux plus dynamiques, « pensés pour le live, quelque chose de plus festif ».

Comme le laisse deviner son titre, il sera beaucoup question d’amour, « celui des autres, l’amour de soi-même et le fait d’apprendre à s’aimer », précise Loïcia.

Inspiré par l’amour et l’art déco

D’abord annoncé en mars par le titre I will, dans une version bien différente de leurs premiers concerts, puis Give me a sign en avril, le deuxième EP de The Songwriters aura droit à un clip quelques jours après sa sortie, avec la même équipe que celle du clip The right way. Pour illustrer le morceau Love your mind, le groupe normand s’est rendu à La Cité de la mer de Cherbourg.

Le duo, qui navigue entre nostalgie et modernité, se dit à la fois inspiré par l’aventure des paquebots transatlantiques et le style art déco. « Nous avons recréé une salle de restauration pour être plongé dans une époque, tout en gardant notre identité vestimentaire », précise Loïcia. Le résultat sera révélé sur la toile le mardi 28 mai à 19 h.

Prestigieuses premières parties

Parmi des souvenirs scéniques déjà marquants pour eux, le groupe, qui a notamment joué à l’Armada de Rouen, le 16 juin 2023 avant Amir, Lotti et Black M, mentionne aussi sa première partie pour Zaho de Sagazan au Kubb, à Évreux, le 13 octobre 2023, « avec un public très ouvert à notre style », se souvient Max, ou bien encore la première partie de Cali & Steve Nieve au Big Band Café, à Hérouville-Saint-Clair, le 2 février 2024.

Au programme des 30 ans de La Luciole

Pour défendre sur scène leur deuxième EP, The Songwriters n’auront pas longtemps à attendre puisqu’ils joueront le soir-même, vendredi 24 mai, à 19 h, au Cargö, à Caen, dans le cadre du tremplin artistique normand Younivers, en entrée libre. Le groupe jouera aussi pour les 30 ans de La Luciole, scène de musiques actuelles d’Alençon (Orne), précisément lors du jour 3, vendredi 14 juin, à 19h30, au Parvis de la Luciole.

DOŪCHE a remporté le Tremplin Phénix de la MDE de Caen

Dès son premier concert, le trio rock Doūche avait fait sensation le 15 février 2024 à la Maison de l’Etudiant de Caen. Ils ont doublé la mise le 18 avril en finale d’un tremplin.

Le trio DOUCHE le 15 février 2024 à la Maison de l'Étudiant de Caen, dans le cadre du Tremplin Phénix. ©P.J.
Le trio rock DOUCHE le 15 février 2024 à la Maison de l’Étudiant de Caen, dans le cadre du Tremplin Phénix. ©Philippe Jautée

Composé d’Aymeric au chant et à la guitare, Guillaume à la basse et Peng à la batterie, le jeune trio garage pop Doūche a remporté le Tremplin Phénix Normandie de la Maison de l’Étudiant de Caen 2024. Lors de la finale, jeudi 18 avril, les trois rockeurs étaient opposés au rappeur Romzar et au duo rap Creator.

Deux mois plus tôt, lors du deuxième des trois matchs de cette édition du tremplin, c’est face au groupe de pop expérimentale Jam Jam et au duo rap Gaala et Yuma que les trois rockeurs avaient obtenu leur place en finale. C’était alors leur premier concert.

Le jeune groupe, qui se dit influencé par Artic Monkeys, Royal Blood et The Strokes, a aussi joué le 14 mars, au Bistrot du Palais, à Caen, et a proposé le 6 avril un « festival secret caennais » où ils ont enregistré en concert une de leurs compositions, « Dark sparks », diffusé lors de leur passage dans l’émission BalanceTaProg du 23 avril sur Radio 666. Le trio partagera l’affiche du El Camino, autre lieu caennais, le jeudi 25 avril, à 20 h 30, avec le trio Alhena.

Un retour de Doūche sur la scène de la Maison de l’Étudiant de Caen aura lieu prochainement. Pour cette année, le trio prévoit aussi d’autres concerts dans sa région et s’apprête à enregistrer en studio pour la première fois.

Kill the princess, le rock féminin pour héritage

Samedi 13 avril 2024, la salle de spectacles de Carpiquet (Calvados), accueillait un concert gratuit du groupe francilien de rock alternatif Kill The Princess, à l’issue d’une semaine de résidence au Théâtre de la passerelle à Palaiseau (Essonne). Coup de projecteur sur ce quatuor, inspiré par les combats féministes, qui met à l’honneur bien d’autres musiciennes.

Kill the princess à Carpiquet (Calvados), samedi 13 avril 2024 © Philippe Jautée

Kill The Princess, groupe accompagnée par L’Empreinte, SMAC de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), est un quatuor féminin qui valorise le travail de nombreuses autres musiciennes dans un répertoire mêlant efficacement reprises et compositions. C’est d’ailleurs dans l’ADN de la formation. Quand la chanteuse-guitariste Nell a monté un groupe de reprises, c’était avec l’envie de rendre hommage à des femmes qui ont marqué l’histoire de la musique pop-rock.

Samedi 13 avril 2024, au sein du groupe Kill the princess, Eva a joué dans sa commune, à Carpiquet (Calvados), près de Caen. ©P.J.

La bassiste et choriste Céline et la guitariste soliste Emilie sont arrivées en 2021. Le groupe a entamé la composition avec la batteuse Eva, d’abord remplaçante en 2022. « Le courant est passée directement », se souvient Eva, qui jouait le 13 avril 2024 à domicile, à Carpiquet (Calvados). « Nous sommes toutes sur la même longueur d’ondes et c’est un peu une famille d’amies et collègues. C’est une relation cool. » Une cohésion de groupe qui sert notamment leur jeu scénique.

« Il y a eu un coup de foudre amical entre nous toutes. »

Eva, batteuse de Kill the princess

Premier album féministe

Sorti en mai 2023, le premier album de Kill The Princess, Bitter Smile, contient dix compositions. Son ouverture, Inanimate toy, a droit aussi à une version live en ligne, captée lors du concert du 11 novembre 2023 à La Boule noire, à Paris.

Interrogée sur ses sujets d’inspiration pour ce premier album, le quatuor répond notamment l’inégalité des sexes, les violences faites aux femmes et la masculinité toxique. La charge mentale, la combativité et les traumatismes d’enfance sont aussi mis en avant dans les paroles de ce premier opus, toutes écrites par Nell.

Sorti le 7 avril 2023, « Running after time » est le premier single de l’album « Bitter smile » de Kill the princess.

Dans Dreamer knight, elle souligne la place des artistes dans la société, un sujet qui tient à cœur aux quatre rockeuses qui se disent influencées par Paramore, Nothing But Thieves, Incubus, The Pretty Reckless ou bien encore Muse.

Côté reprises, elles savent aussi bien réinterpréter Born this way de Lady Gaga que Shake it off de Taylor Swift et Like a prayer de Madonna en version très rock. Mention spéciale pour leur reprise de Man down de Rihanna. La surprise la plus récente est leur reprise acoustique du morceau Drain the blood du groupe punk The Distillers. Celle-ci a été enregistrée lors d’une semaine de résidence, qui s’est déroulée du 8 au 12 avril 2024 au Théâtre de la passerelle à Palaiseau (Essonne).

Emilie, Nell, Eva et Céline composent le groupe Kill the princess, qui jouait le 13 avril 2024 à Carpiquet. ©P.J.

Bientôt un concert caritatif

Kill The Princess rejouera prochainement dans le Calvados. Pour un concert au profit du pôle recherche du centre de lutte contre le cancer François Baclesse, les quatre amies partageront l’affiche du Big Band Café, à Hérouville-Saint-Clair (Calvados), avec Lady’s Stealer et Les Moutons électriques le samedi 5 octobre 2024. Cette soirée caritative est organisée par l’association Rock 4 Life.

Un passionné de musique lance un magazine en Normandie

Doté d’une grande curiosité pour les œuvres des groupes et artistes de sa région, le Caennais Stéphane Ronarc’h a lancé le 15 mars 2024 le magazine « Les Sons de l’Arsène ». Un deuxième numéro est en préparation.

Pour la Une du premier « Les Sons de l’Arsène », Stéphane Ronarc’h a choisi le groupe No Terror in the bang avec une photographie prise par Aurélien Cardot. ©P. Jautée

Le magazine Les Sons de l’Arsène, qui a fait son apparition vendredi 15 mars 2024, se concentre sur la scène musicale normande. « Elle mérite d’être mise plus en avant », souligne le Caennais Stéphane Ronarc’h, responsable de la publication.

« C’est un outil qui s’intéresse à toutes les esthétiques musicales, que les groupes ou artistes soient professionnels ou non. »

Stéphane Ronarc’h, responsable du magazine Les Sons de l’Arsène

No Terror in the bang en couverture

Le premier numéro des Sons de l’Arsène, imprimé en papier recyclé à 1 000 exemplaires, propose notamment un dossier sur le rap au féminin, des interviews avec Metro Verlaine, King Biscuit et Valentin Dulignée, ou bien encore des chroniques et une liste de sorties. Stéphane Ronarc’h n’est pas le seul rédacteur de ce magazine. Il fait appel à d’autres passionnés de musique. « J’ai voulu différents styles d’écriture et varier les formats pour ne pas se lasser », explique le responsable de la publication, qui apprécie les discussions entre les artistes et voit son magazine comme une possibilité de « passerelle ».

La Une met à l’honneur le groupe de metal progressif No Terror in the bang, basé à Rouen, avec une photographie prise par Aurélien Cardot. « J’aimais déjà le premier album et j’ai trouvé leur deuxième [« Heal », sorti en janvier 2024] beaucoup plus abouti », explique Stéphane. « Il est intéressant de voir comment ils ont progressé. »

La conception graphique des Sons de l’Arsène a été confiée à Lara Spelsberg, cofondatrice de L’Oiseau, ancien magazine culturel caennais qui avait sorti 25 numéros entre décembre 2012 et octobre 2017.

Deuxième numéro en juin

Le deuxième numéro des Sons de l’Arsène est prévu pour le 15 juin 2024. Cyber Solis, trio dandy rock de Caen, sera en couverture. Après une chronique sur l’album « Monsters » du trio post-punk SERVO dans le premier numéro, Maxime Harel prévoit de rédiger un article sur un autre groupe rouennais, Intrusive Thoughts, branché post-garage. Également pour ce deuxième numéro, Stéphane Ronarc’h a lancé un appel à contributions pour un dossier hommage à l’artiste caennais Pop the fish, décédé en mars 2024.

La rockeuse caennaise SICK TEARS inspirée par l’enfer

Vendredi 5 avril 2024, la Caennaise Sick Tears dévoile un peu plus son projet rock, électro et metal expérimental en dévoilant « Inferno », son deuxième single.

Sick Tears a sorti le single « Inferno » le 5 avril 2024. ©Sick tears

Après quelques années à reprendre des morceaux dans sa chambre, notamment des titres pop en version metal, Justine a lancé Sick Tears, son premier projet musical, le 23 août 2023. Le morceau éponyme très rythmé, avec synthétiseurs, grosses guitares, voix et cri, était accompagné d’un obscur clip avec masque et téléviseur enneigé.

Sept mois et demi plus tard, à l’âge de 25 ans, la compositrice et multi-instrumentiste propose une musique encore plus troublante. Le clip, qu’elle a réalisé avec l’aide de Thomas Slurp, est à déconseiller aux hématophobes et âmes sensibles.

Après une première partie aux allures techno, riche en échos vocaux, le synthé le plus dansant d’Inferno est éclipsé pour valoriser le chant et plonger dans un inquiétant désert où d’étranges mélodies subsistent. La dernière minute du morceau, lancée par une rageuse guitare, constitue un final à la fois épique et explosif.

D’autres titres et clips en 2024

Fervente supportrice de Muse, Justine aime beaucoup le metal, notamment les groupes Avatar et Bring Me The Horizon. Elle écoute aussi Bad Omens et Motionless in White. À sa passion pour la musique s’ajoute celles pour la photographie et le cinéma.

Pour le projet Sick Tears, le visuel s’annonce d’ailleurs aussi important que le son. « J’aime beaucoup les films d’horreur, les slashers des années 80-90 », indique-t-elle. Sick Tears estime aussi avoir été influencée par l’œuvre de Tim Burton.

La musicienne ne prévoit pas de monter sur scène pour l’instant, mais continue de composer pour sortir « deux ou trois autres morceaux cette année ». Comme les deux premiers, ils devraient être accompagnés d’un clip.

Dès le premier album, WOMBAT SUPERNOVA met la gomme

Personne n’a eu le temps de se préparer : Wombat Supernova vit désormais parmi nous, bien décidé à apporter du fun dans nos oreilles. Depuis le 22 mars 2024, le premier album du duo math rock navigue dans notre galaxie.

Mardi 5 mars 2024, le duo WOMBAT SUPERNOVA était dans l’émission cinéma, séries et clips « Triple Écran ». ©2024 Philippe Jautée

Vendredi 22 mars 2024, Wombat Supernova a sorti sur les plateformes l’impressionnant premier album « Apewoman VS Turbo », soit 39 minutes de vitamines multi-instrumentales réparties sur sept titres.

Pour nous embarquer dans sa fusée math rock, le duo hérouvillais a misé sur le très sympathique « Bertrand » digne d’une bande-son vidéoludique.

Les riffs de guitare semblent s’enchaîner à la vitesse de la lumière. Ça part à fond et dans tous les sens, ça freine d’un coup et ça redémarre sans prévenir pour prendre des tunnels secrets qui décuplent le plaisir d’écoute. Le clip de « Bertrand » est tout aussi délirant.

Flooz sort un EP inspiré par l’hiver, les rêves et les tempêtes

Vendredi 22 mars 2024, le rappeur calvadosien Flooz a sorti « Winter », son nouvel EP 4 titres.

Vendredi 22 mars 2024, Flooz a sorti l’EP 4 titres « Winter ». ©2021 – Archives P. Jautée

Après les albums Hokage, Alpha et OF57 puis l’EP Hors série, Flooz s’est montré très inspiré par les saisons. L’EP Summer, fin juillet, dont un des quatres titres faisait allusion à Courseulles-sur-Mer, a précédé l’EP Autumn sorti le 23 novembre. Quelques mois plus tard, le rappeur de 33 ans poursuit sur sa lancée en dévoilant le vendredi 22 mars 2024 l’EP numérique Winter, qui évoque l’hiver, mais aussi la nuit et la solitude.

Pochette de l’EP Winter de FLOOZ ©2024 Oren

« J’ai vraiment aimé faire Summer cet été, avec des sonorités plus festives, plus chaudes, mais j’ai pris beaucoup moins de temps à écrire Autumn et Winter car j’étais plus à l’aise », analyse Flooz.

Une chanson très personnelle

Cette impression d’être dans sa zone de confort ne l’a pas empêché d’essayer de nouvelles sonorités, comme sur le titre Tempête. Surtout, l’artiste s’est livré plus que d’habitude dans la conclusion avec piano et voix de Valkyries, dans laquelle chante sa femme, Maty. « C’est une chanson d’amour qui dit, en résumé, si je meurs demain, j’ai envie de profiter des derniers instants que j’ai avec toi et je vais te le dire », déclare Flooz. « Je suis très content de ce morceau. »

La tracklist :

  • Soirs d’hiver
  • Tempête
  • Rêves (feat. Nat-j)
  • Valkyries (feat. Maty)

À noter que ce nouvel EP avait eu droit à un préambule par le titre L’hiver arrive sorti le 19 janvier.

Après autant de productions, Flooz prévoit de prendre un peu de temps pour se ressourcer, mais il y a fort à parier que le printemps devrait aussi l’inspirer.

« Retour dans le fun » pour Lewis Evans

« Cœur Céleste », cinquième chapitre solo du chanteur franco-britannique Lewis Evans, sortira le 27 septembre. Il s’annonce à la fois joyeux et psychédélique, comme l’a laissé entendre le concert du 9 mars à Caen.

Lewis Evans lors de son concert du samedi 9 mars 2024 à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville, à Caen, dans le cadre des Sönars proposés par la salle Le Cargö. ©P. Jautée

Lors du concert gratuit du samedi 9 mars 2024 à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville, le Manchois Lewis Evans a eu la preuve qu’il était encore dans le cœur du public caennais. « J’ai adoré le moment de questions et réponses », souligne l’artiste franco-britannique.

« J’essaie de transformer la salle comme si c’était mon salon et j’aime détendre les spectateurs, leur faire oublier les choses dures qui leur sont arrivées dans la semaine. »

Lewis Evans

Le plein de couleurs

Après Halfway to Paradise, Man in a bubble, Le rayon vert (EP) et L’Ascension, celui qui s’est d’abord fait connaître en tant que chanteur du groupe rock The Lanskies sortira le cinquième chapitre de sa discographie solo le vendredi 27 septembre. L’album Cœur Céleste contiendra onze titres et s’annonce très joyeux.

« C’est un retour dans le fun, avec du non-sens et de l’absurde », souligne l’auteur-compositeur-interprète. « Cet album sera moins autobiographique, mais j’écris toujours de manière impulsive. Je fais confiance à mon inconscient. »

Ce prochain album a été annoncé par Only the strong featuring LBLK, sorti le 16 février. Son clip a été réalisé par Christophe Perray, qui avait réalisé celui de « Bank Holiday » des Lanskies. Très coloré, il s’appuie sur des illustrations graphiques de Samantha Ferry. « Ce sera aussi des illustrations pour les prochains clips », précise Lewis, qui souhaite faire entrer dans « un monde psychédélique ».

Le prochain single de Lewis Evans est prévu le 25 avril. Déjà entendu à Caen, il s’appellera Jumbo plane.

Lewis Evans à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville à Caen, samedi 9 mars 2024. ©P. Jautée

En tournée

Accompagné de quatre musiciens – un deuxième guitariste a récemment rejoint l’aventure – Lewis Evans chantera notamment le 22 mars à Maubeuge (Nord), le 20 avril à Courcelles-les-Lens (Pas-de-Calais), le 21 avril à Noyelles-Godault (Pas-de-Calais), le 23 avril à Dourges (Pas-de-Calais), le 6 juillet à Poligné (Ille-et-Vilaine), le 18 juillet à Champrépus (Manche) et le 31 août à May-sur-Orne (Calvados). Il sera aussi le 8 octobre à Paris, à la Maroquinerie.

Ellea partage ses souvenirs de soirées étudiantes en musique

Pour la pop urbaine, Caen peut compter en 2024 sur Ellea. Après le titre nocturne « Tu connais », sorti fin janvier, l’autrice-compositrice-interprète prévoit de sortir quatre autres chansons cette année.

Ellea lors de sa venue dans l’émission « BalanceTaProg » du 13 février 2024. ©P. Jautée

De ses soirées à Nantes, où elle a étudié le droit, la Caennaise Ellea a gardé suffisamment de souvenirs pour en faire une chanson. Tu connais est sorti le 23 janvier 2024, accompagné d’un clip tourné dans la boîte de nuit Le Dépôt située à Caen, sa ville natale.

Très inspirée par la pop urbaine, la parolière de 26 ans aime faire équipe avec son frère Macéo, alias Mace, pour la composition. « Nous nous comprenons », résume la chanteuse. « Nous voyons des choses différentes, il y a une bonne complémentarité. »

Ellea est également ravie de confier le mixage à Hugo Martinez, alias Martimix. « Il travaille avec des artistes tops comme Angèle, PLK, Damso, Ninho », souligne la chanteuse.

Prochain titre en avril

Quatre autres chansons d’Ellea devraient sortir cette année. La prochaine est prévue le vendredi 19 avril et aura aussi droit à un clip. « Le tournage se déroulera fin mars, à Caen, avec la même équipe, Clément Dupont et Charlotte Gandon. »

Ce prochain morceau, qui s’appellera « Redescends », est annoncé comme un « morceau funky, ironique, très second degré », mais Ellea prévient : « ils ne seront pas tous comme ça ».

Souvenirs du Festival Beauregard 2023

Le Festival Beauregard 2023 s’est déroulé du mercredi 5 au dimanche 9 juillet à Hérouville-Saint-Clair, dans le Calvados. Retour en photos sur une partie des concerts rock : Alias, dEUS, Royal Blood et Royal Republic le 6 juillet, Interpol le 7 juillet, Nothing but thieves le 8 juillet, Airbourne le 9 juillet :