MATCH : essai décisif

©2020 Stéphane Lecomte – MATCH

Le quatuor angevin Match frappe fort avec « Superficial please », un deuxième EP qui contient cinq pistes aux mélodies aussi soignées qu’énergiques. Interview avec Doris, chanteuse et parolière de Match :

Doris, qu’est-ce qui a changé entre le premier et le deuxième EP de Match ?

Côté formation, Match a changé de bassiste. Côté technique, nous avons pris plus de temps pour préparer l’enregistrement. Nous avons eu six mois de pré-production et d’arrangements avant d’entrer en studio en mai 2019. L’enregistrement du premier EP était beaucoup plus spontané. Le groupe n’existait alors que depuis deux ans. Cette fois-ci, le recul et la maturité ont offert un regard assez neuf sur notre travail.

Le nom de votre deuxième EP, « Superficial please », peut faire penser à la chanson ‘Apocalypse please’ de Muse. Le célèbre trio britannique fait bien partie de vos influences ?

Oui ! C’est un groupe que nous aimons beaucoup et qui nous a influencé, surtout à nos débuts. Je suis allée voir Muse deux fois avec Tom, le guitariste de Match. J’étais restée sur ma faim à l’issue du concert aux Vieilles Charrues en 2015. Mais nous les avons revus en 2016 à Bercy et c’était une grosse claque musicale et visuelle !

Avant Match, as-tu eu d’autres expériences vocales ?

J’ai commencé la musique à l’âge de 7 ou 8 ans mais j’ai d’abord joué du violon alto pendant six ans. C’était un parcours assez classique avec école de musique et solfège. Puis, au lycée, j’ai eu envie de changer de registre. Faire du théâtre m’a débridée parce que j’étais très timide. J’avais envie de chanter mais sans le courage de me lancer. Je me suis essayée à la soul et au gospel. Au milieu du lycée, j’ai rencontré Tom avec qui ça a « matché » ! Nous avons commencé à faire de la musique ensemble et c’est comme ça que j’ai rejoint la formation. C’est avec Match que j’ai commencé à faire du rock. Je n’avais jamais eu l’occasion de faire ce style mais ça me correspond bien pour le moment.

Doris, qu’est-ce qui t’inspire les paroles de Match ?

Cela dépend de mon état d’esprit et celui du groupe. Ca peut être des sujets personnels ou des sujets d’actualité. Sur le deuxième EP, le fil conducteur est l’hyperconnexion avec plein de petites histoires, des personnages différents qui ont des expériences dans l’hyperconnexion. ‘Young siders’ résume le point de vue d’un nerd qui rattache sa vie à un jeu vidéo. La musique est très progressive. Au final, on se rend compte que ce mec veut être aimé et être accepté dans cette société où il peine à s’intégrer.

Quelques mots sur le clip de ‘Salvation journey’ ?

C’est la suite du clip de ‘Dark shade’. Il a été réalisé par le Nantais Sébatien Marqué, connu notamment pour ses collaborations avec Ko Ko Mo. Il a une pâte. Son travail vaut le détour.

Ko Ko Mo et Match ont en commun de proposer du rock anglophone, moderne et énergique…

Merci pour le compliment ! J’ai eu la chance de voir ce duo en décembre 2019 au Chabada, à Angers. Nous les suivons depuis un moment car nous aimons ce qu’ils font.

A Angers, à quoi ressemble la scène musicale ?

Elle est très variée mais il y a des styles assez marqués. Je pense au rock psyché et au stoner. Le festival Levitation y contribue sûrement.

Un groupe d’Angers à conseiller ?

J’ai eu un coup de cœur pour le duo électro KissDoomFate qui vient de sortir un EP.

Comment as-tu vécu le confinement ?

C’est une remise en question. Comment en sommes-nous arrivés là ? Quelles solutions pouvons-nous apporter ? C’est aussi une occasion de se retrouver avec soi et entre nous. La musique est un milieu qui évolue tellement vite aujourd’hui. Cette expérience est comme une grande pause où le temps est en suspens. Il est très plaisant de pouvoir se recentrer sur le travail de création artistique.

Monter sur scène te manque ?

Evidemment ! Nous devions partir en tournée en mai. Nous travaillons sur des reports mais ça ne sera peut-être qu’en 2021. Nous croisons les doigts en tout cas.

Doris, balance ta prog !

  • PHOENIX : 1901
  • MUSE : Falling down
  • SAINT MOTEL : Butch

SALT : la tête dans les nuages

Formé en 2016, le groupe franco-américain Salt a sorti en juin 2019 son premier album « The loneliness of clouds ». Son guitariste, Stéphane Schück, nous raconte l’histoire du groupe et nous confie ses influences à la fois énergiques et aériennes.

  • Comment est né Salt ?

Au début des années 90, j’étais animateur sur Radio 666 et fan de Game Theory, un groupe de San Francisco. J’avais réalisé à la radio une interview de son chanteur, Scott Miller, une de mes idoles d’adolescence. J’ai sympathisé avec lui. Nous avons fait de la musique ensemble. Malheureusement, il s’est suicidé en 2013. Je me suis retrouvé avec des chansons inédites enregistrées avec lui. Il a été décidé de faire l’album posthume Supercalifragile. Celui-ci a été produit par Ken Stringfellow, leader des Posies, qui a tourné avec R.E.M pendant dix ans. Lui et moi avons décidé de créer le groupe Salt avec le songwriter Anton Barbeau. Ensuite, j’ai fait appel à des amis de Caen : Fred Quentin à la basse, Benoît Lautridou à la batterie.

  • Où a été enregisté « The loneliness of clouds », le premier album de Salt ?

Pour moitié à Paris, au studio Ferber, et pour l’autre moitié à Londres, à Abbey Road.

  • Enregistrer à Abbey Road ! De nombreux musiciens peuvent vous envier…

C’est un vrai rêve ! Ce studio n’a quasiment pas changé depuis les années 60. Tu peux jouer sur le piano utilisé par les Beatles pour « Penny Lane ». Nous avons travaillé avec un des ingénieurs du son de Paul McCartney très sympa. Il te considère et s’investit même si tu es un petit groupe.

  • Pixies semble figurer dans les influences du Salt, n’est-ce pas ?

Oui, énormément ! Il y a aussi The Beatles et notre goût pour les harmonies vocales. Il y a beaucoup de voix sur l’album. Nous aimons aussi l’énergie post-punk des années 80, notamment Wire et XTC. Notre chanteur aime également le rock psychédélique. De mon côté, je reste un grand fan d’Elliott Smith et de New Model Army. Parmi les groupes plus récents, j’écoute We are scientists.

Pochette de l’album « The loneliness of clouds ». Photo par Stéphane Schuck.
  • Qui a pris les belles photographies noir et blanc du livret de l’album ?

C’est moi ! A mes heures perdues, j’essaie de faire de la photo. J’aime bien ce lien entre l’image et la musique qui était aussi très exploitée par Pixies et leur designer. J’aime aussi le décalage. La pochette de l’album n’évoque pas forcément la nature de la musique que nous jouons. Mais j’aimais bien l’aspect mélancolique de cette photo de couverture, ce personnage qui se baigne seul dans un lac.

  • Stéphane Schück, guitariste de SALT, choisis un morceau des Pixies !

« Ed is dead » ! Il y aura d’ailleurs un titre hommage dans le deuxième album de Salt. Il s’appellera « Ed is not dead » !

  • Et un morceau de R.E.M ?

Dans leur première période, j’aime beaucoup « It’s the end of the world as we know it (and I feel fine) ! J’espère qu’il n’est pas prémonitoire. On se concentrera sur le « I feel fine » !

Clara Roxane, le post-punk dans la peau

A La Ferté-Macé, dans l’Orne, Maxence, chanteur-guitariste du trio garage rock Tendresse et guitariste de Charlie Quid, a profité du confinement pour développer Clara Roxane, sa nouvelle facette.

« J’avais toujours eu envie de monter un projet post-punk », confie Maxence. « J’ai longtemps pensé qu’il fallait d’autres musiciens pour le mener à bien. Il me manquait surtout du temps pour m’y consacrer. » Dès le premier jour du confinement, l’artiste ornais, habitué à répéter chez lui, profite d’avoir ses grattes à portée de main : « J’ai utilisé une guitare lo-fi, mon unique basse, de vieilles boîtes à rythme et un logiciel de montage audio très basique ! »

15 minutes sinon rien

En moins de trois semaines, celui qui se fait désormais appeler Clara Roxane compose et enregistre à bas coût cinq morceaux réunis sur l’EP ‘I’ll let you have a piss on my face but nothing more’. Les titres apparaissent dans l’ordre de la composition. « Ces quinze minutes racontent ensemble une histoire avec un point de rupture et un peu d’espoir à la fin » explique l’artiste. Pas question pour lui d’en isoler un single : « Je me fais souvent une idée d’un projet musical sur la durée d’un EP ou d’un album. »

L’EP de Clara Roxane est sorti en numérique chez le très bien nommé ‘Pangolin Records’, label que Maxence a aussi fait naître à l’occasion du confinement. Si ce musicien se retrouvait à court d’idées, il pourrait éventuellement compter sur son entourage. « Le nom Clara Roxane vient d’un pari perdu auprès de deux amies », révèle-t-il. Son gage : se faire tatouer le prénom Clara sur le genou gauche et le prénom Roxane sur le genou droit. Plus que jamais, les deux font la paire.

Annabella Hawk, la force de la soul est avec elle

L’artiste caennaise ouvrira le festival Beauregard, à Hérouville-Saint-Clair, le jeudi 2 juillet. Ses chansons cathartiques sont parties pour s’installer durablement dans les esprits. 

Découverte sur plusieurs titres du groupe rap Coeff, la Caennaise Annabella Hawk n’en finit pas d’élargir et fidéliser son public. Après le motivant « On the top » featuring Jyeuhair puis un intrigant concert le 31 octobre à l’église Saint-Sauveur, à Caen, l’autrice-compositrice-interprète libérait plus franchement son envie de live le 21 novembre au Portobello Rock Club lors de la soirée « Contre-exemple » de l’association Novasso. Une occasion de découvrir sa formule actuelle avec le claviériste Arthur Huiban et le batteur Valentin Barbier, tous les deux multi-instrumentistes. Ce trio a séduit le jury du tremplin John’s session le 31 janvier au Big Band Café, ce qui permettra d’écouter le percutant « Breakdown » le jeudi 2 juillet, à Hérouville-Saint-Clair, en ouverture du douzième festival Beauregard.

Pas besoin de comprendre l’anglais pour capter l’émotion libératrice du morceau « Breakdown ». L’interprétation donnée en concert par Annabella vaut le détour.

Un agenda 2020 bien chargé

Dimanche 1er février, au lendemain d’une victoire décisive au BBC, Annabella Hawk donnait un concert dans l’auditorium de la bibliothèque Alexis de Tocqueville et une partie du public n’a pas tardé à comparer son chant à celle de la regrettée Amy Winehouse. Pas de panique si vous n’avez toujours pas découvert en live la jeune étoile montante de Caen ! Celle-ci partagera avec le groupe trip-hop Indigo Birds l’affiche du Batolune, à Honfleur, le samedi 8 février.

Annabella donnera ensuite rendez-vous pour un apéro-concert le vendredi 28 février, à 19h, au Cargö, à Caen, non loin de l’antenne de l’Ecole Supérieure d’Arts et Médias où elle a étudié. Très douée pour les arts plastiques, l’autrice-compositrice-interprète concentre toutefois son énergie sur sa musique pour la partager au maximum. En attendant un premier disque, ses captivantes interprétations scéniques, le management par l’agence We do no harm et la récente signature avec Les Tontons Tourneurs devraient l’aider à atteindre cet objectif.

(Ré)écoute l’interview « Balance Ta Prog » d’Annabella Hawk :

La playlist d’Annabella Hawk :

  • KIMBRA – Top of the world
  • JOSS STONE – Free me
  • MAHALIA – Hide out
  • MELODY GARDOT – It gonna come (FKJ remix)
  • THE TESKEY BROTHERS – Hold me

BONUS. Découvre « Head in the clouds » d’Annabella Hawk en version guitare/voix !

Envie de romantisme en 2020 ? Demandez Luna Stone !

En enregistrant en novembre dernier dans les célèbres studios Matrix, à Londres, le duo caennais s’est donné les moyens de décrocher la lune.

Léa, inspiré par la soul et le R’n’B, et Mathieu, influencé par le rock anglais des 90’s,
écrivent et composent ensemble « des chansons lunaires ».

Léa et Mathieu ont formé LUNA STONE suite à un concert improvisé dans les salons privés du Stade d’Ornano, à Caen. C’était en novembre 2018. Un an plus tard, les deux auteurs-compositeurs-interprètes ont déjà travaillé avec le producteur Pete Martin pour l’enregistrement de trois titres au studio Matrix, à Londres. Mêlant mélodies douces et sonorités épiques, les chansons ‘Pain killer’, ‘Chinese latterns’ et ‘Silent Empire’ sont taillées pour les radios pop. Elles pourraient même séduire les fans d’Alex Hepburn, Adèle, Birdy ou Sam Smith. Forts de cette expérience studio réussie, Léa et Mathieu prévoient « l’enregistrement de trois autres titres dans les prochains mois  et la sortie d’un EP cette année ». Sur le plan scénique, leur complicité a fait ses preuves l’été dernier en Provence, en première partie de Julie Zenatti. Vous voilà prévenu.e.s ! Luna stone is coming.

Pour découvrir en exclusivité « It’s coming » et « Chinese latterns » en unplugged ainsi que la version studio de « Silent Empire », réécoutez cet extrait de l’émission « Balance Ta Prog » diffusée le mardi 24 décembre sur Radio 666 :

Elisa Erka chante l’amour dans tous ses états

« Corps météo », son premier EP, est sorti le 20 septembre. Interview avec Elisa Erka, artiste multi-talents qui ensoleille l’automne 2019.

Elisa, quels ingrédients contient ton premier EP ?

Il parle d’amour et de toutes ses étapes avec un début, un milieu, une fin. Qu’est-ce que c’est d’être à deux ? Qu’est-ce qu’on ressent ? « Corps météo » parle du moment particulier et passionnel quand les corps traversent plein d’émotions et de situations, la chaleur comme la tempête. « Pardonne moi » est un titre un peu à part sur l’EP, une vision d’impuissance sur la misère dans le monde.

Quels sont tes instruments ?

Je joue du piano et je me sers d’un looper qui sample les voix et le piano. En studio, j’ai travaillé à Londres avec l’arrangeur et producteur Majiker. Sur scène, je suis accompagné par Thomas, un bassiste.

Quand et comment as-tu commencé la musique ?

Très jeune mais de manière assez bordélique car je ne sais pas lire les notes. Mais je m’entoure de personnes qui savent m’aider et m’accompagner quand je crée un début de mélodie. Cela me pousse à être inventive. Le piano est un instrument assez immédiat. Même quand on ne connaît pas les notes, il en ressort quelque chose d’assez instinctif et agréable.

Elisa Erka photographiée par Raphaël Neal.

Quel a été le déclic pour te lancer dans la musique ?

J’ai commencé à composer des chansons et des musiques pour les spectacles que je mets en scène et pour ceux des autres. Quand je chantais, on m’incitait à en faire autre chose.

Tu apparais tout au long du clip de « Corps météo » réalisé par Hector Di Napoli. Tu n’abandonnes donc pas la comédie.

J’ai ma carrière de comédienne qui suit son cours à côté. Pour moi, les domaines du théâtre, du cinéma et la musique s’alternent et se nourrissent.

Elisa Erka, balance ta prog !

J’ai été voir en concert Voyou. Je le trouve super. Je conseille le titre « Seul sur ton tandem ». Le paysage musical pop-électro me plaît beaucoup. Clara Luciani, Jain et Angèle sont des femmes avec des caractères, des physiques, des musiques très différentes. J’adore « La grenade » de Clara Luciani et « Balance ton quoi » d’Angèle. Je trouve qu’il y a une revendication douce dans la musique, quelque chose qui s’affirme. J’aime ce qui est en train de se dessiner chez les femmes dans la musique. Ça m’encourage beaucoup.

Quelles sont tes musiques de films préférées ?

Celles composées par Ennio Morricone. J’aime notamment la bande-son du film « La guerre est déclarée » dans laquelle un de ses morceaux est utilisée.