Metal. The Last Ones Standing sort son premier EP

Jeudi 17 février 2022, le groupe caennais THE LAST ONES STANDING a dévoilé son premier EP enregistré à domicile. Il contient sept morceaux, dont une intro, pour une trentaine de minutes metal.

© 2020 P.J. – The Last Ones Standing lors du concert du 22 août 2020 au Valhalla, à Bretteville-sur-Odon.

L’aventure The Last Ones Standing a commencé en 2018. Ce groupe metal, qui répète au Cargö, salle de musiques actuelles de Caen, réunit aujourd’hui Béatrice au chant, Louis à la batterie, Ludovic à la basse, Maxime et Charles aux guitares.

Si leur son a pu être entendu en extérieur au Valhalla, à Bretteville-sur-Odon, dans le Calvados, en août 2020, après Natural Disorder et Akesson, il n’y a pas eu d’autres concerts depuis pour TLOS. « On a été coincés à cause du Covid », déplore Charles Gorand.

Un guitariste au mix

Mais le groupe n’est pas resté inactif puisqu’il a depuis enregistré, au domicile de Charles, un premier EP disponible depuis le 17 février 2022. Le guitariste, influencé par le nu-metal, le black metal et le metalcore, a géré l’enregistrement et le mixage : « J’ai un petit studio chez moi pour enregistrer ».

La plupart des pistes de batterie ont été programmées en MIDI. « On a essayé de la rendre la plus naturelle possible et il y a une ou deux chansons qu’on a enregistré avec une batterie électronique », précise Charles. « Pour enregistrer une batterie acoustique très proprement, il faut beaucoup de matos. Pour l’instant, nous n’avons pas les moyens de le faire. Louis joue sur une vraie batterie, je vous rassure, mais enregistrer avec la sienne aurait été très compliquée. »

© 2020 P.J. – La Caennaise Béatrice Laforge est la chanteuse et parolière du groupe metal The Last Ones Standing.

Des textes ouverts

Pour les paroles, Béatrice est inspirée par des thèmes qui lui tiennent à cœur : le féminisme, les discriminations, les épreuve de la vie. « Je pioche dans mon vécu et dans celui des autres », indique la chanteuse. « Généralement, ce sont les morceaux que vont me proposer les gars qui vont me diriger vers un endroit. Puis, en fonction de ce que je ressens, ou même ce que j’ai pu vivre la veille, j’écris ce qui pour moi peut être posé en texte. »

La chanteuse et parolière laisse ouverts ses textes « pour que les personnes qui les écoutent puissent aussi se les approprier ».

D’autres compositions en cours

La résultat est un premier EP puissant, fidèle à ce que le groupe peut livrer en live, avec la voix reconnaissable de Béatrice Laforge. « Notre chanteuse, Béatrice, a une formation de chant au conservatoire et elle peut faire beaucoup de choses au chant », souligne Charles. « Vous avez déjà eu un panel de ce qu’elle peut faire. Et on va continuer à travailler là-dessus pour les prochaines compos. »

Car d’autres morceaux sont déjà en cours de travaux. Mais avant de présenter les prochains enregistrements, le groupe prévoit de défendre sur scène son premier EP et un clip est prévu pour un des titres. Rappelons qu’une vidéo d’une répétition avait été tournée en août 2020 pour The Last Ones Standing.

Le premier EP de The Last Ones Standing est dispo sur leur Bandcamp et sur leur chaîne YouTube. La tracklist : IntroNumbedSuckerApostate The last ones standingLiberationKITA.

Indie rock : INDIGO BIRDS va défendre sur scène son premier album

Vendredi 21 janvier 2022, Indigo Birds a sorti « The influence of loneliness », son premier album. Le groupe sera en concert à Lisieux le 11 février et à Caen le 27 avril.

© 2021 D.R. – Le quatuor Indigo Birds a sorti son premier album »The influence of loneliness » le 21 janvier 2022.

Le quatuor Indigo Birds, formé il y a bientôt trois ans, a sorti son premier album The influence of loneliness le 21 janvier 2022. Celui-ci mêle indie rock, art rock et trip hop sur cinquante minutes.

« On a envie de faire quelque chose de rythmique, presque parfois dans l’incantation », explique le batteur, bassiste et claviériste Valentin Barbier, « avec le côté loop qu’on peut trouver dans des démarches électroniques, et parfois aussi une approche punk d’un morceau dans la manière de le déconstruire ».

Enregistrements en sous-sol

Certains des onze titres ont été enregistrés il y a déjà un an, d’autres plus récemment, dans des lieux qui leur sont propres. « Nous avons aménagé des studios de nos propres moyens dans nos sous-sols et garages respectifs pour essayer d’avoir notre son à nous et un endroit que nous investissons pleinement. »

La sortie de The influence of loneliness s’est accompagné d’un clip pour le titre Last night I dreamt about you tourné à Lisieux, notamment chez les parents de certains membres du groupe.

« Cette chanson parle du flou vécu quand on vient de se réveiller ou quand on a une sorte de semi-sommeil, le moment où on ne sait jamais si on est en train de vivre des moments ou de rêver », commente Valentin. « On a essayé d’attraper ce moment-là. »

Prochains concerts

Après s’être produit plusieurs fois à Paris, notamment au Bus Palladium et au Supersonic, ainsi qu’en Normandie, le quatuor espère maintenant faire un grand nombre de dates pour défendre son premier album. Leur prochain concert aura lieu le vendredi 11 février à la salle Mosaïc, à Lisieux, « notre terre natale ». Et la release party avec le groupe Bison Chic au Cargö, à Caen, a été décalée au mercredi 27 avril.

La chanteuse-guitariste CHARLIE a sorti un premier EP « très personnel »

Vendredi 28 janvier 2022, la chanteuse-guitariste Charlie, 23 ans, a sorti un premier EP 5 titres réalisé par Quentin Mosimann. La Calvadosienne est en première partie de Grand Corps Malade depuis novembre 2021.

La chanteuse et guitariste Charlie dans les locaux de Radio 666 le 9 novembre 2021.

Début de carrière très prometteur pour Charlie, 23 ans, originaire de Bayeux, dans le Calvados. L’interprète-autrice-compositrice a signé sur le label Jo & Co après avoir rencontré Jean-Rachid Kallouche, producteur de Grand Corps Malade, artiste dont elle assure la première partie depuis novembre 2021.

Quentin Mosimann, qui a réalisé ce premier EP 5 titres, a participé à l’écriture, tout comme Grand Corps Malade. Les paroles font référence à ce que la chanteuse vit au quotidien. « C’est très personnel », précise Charlie. «  Même si certains textes sont des collaborations, ils me correspondent parfaitement. »

Le premier clip de Charlie, « Ordinaire », est sorti le 5 novembre 2021.

Premiers pas audiovisuels

Le premier EP de Charlie s’ouvre par le single Ordinaire, qu’elle a interprété en direct dans la nuit du 29 au 30 janvier dans l’émission télévisée « On est en direct » présentée par Laurent Ruquier et Léa Salamé sur France 2. « C’était ma première télé donc forcément ça fait quelque chose », souligne Charlie. « Je me suis sentie tellement bien. Je n’ai pas vraiment eu de stress. Je n’ai eu que de très bons retours sur les réseaux sociaux et ça fait plaisir. »

Se libérer des cauchemars

Ce même EP se conclut par Insomnies, première chanson qu’elle interprète en arrivant sur scène. Elle y confie faire beaucoup de cauchemars. « J’ai été embêtée quand j’ai été au collège », confie Charlie. « Ce titre m’a permis d’exprimer ce que je ressentais et de passer à autre chose. »

© Yann Orhan – Le premier EP de Charlie, sorti le 28 janvier 2022, contient cinq titres :
Ordinaire – Premiers pas – Toi tu sais – Encore un été – Insomnies.

Dans le tourbus de Grand Corps Malade

La tournée des Zénith de Grand Corps Malade, entamée le 12 novembre 2021 à Caen, se poursuit, avec toujours Charlie en première partie. « L’ambiance est dingue », se réjouit la jeune chanteuse. « C’est comme une famille et je m’y sens vraiment à ma place. »

Dans les prochains jours, elle sera au Zénith de Toulouse le 10 février, à Montpellier le 11 février, à Cournon (Auvergne) le 12 février, puis à Lyon le 11 mars, à Amiens le 12 mars, au Zénith de Rouen le 13 mars. La Normande retrouvera sa région le samedi 12 novembre 2022 au Zénith de Caen. Et la tournée de Grand Corps Malade passe dans bien d’autres villes françaises, notamment au Zénith de Paris le 29 mars et à l’AccorHotels Arena Paris le 20 décembre, ainsi qu’en Belgique et en Suisse.

Mardi 9 novembre 2021, Charlie a interprété « Ordinaire », son premier single, dans les locaux de Radio 666.

Rap. Hug* en première partie de Tim Dup à Falaise

Vendredi 28 janvier 2022, le rappeur falaisien Hug* assurera la première partie de Tim Dup au forum de Falaise, dans le Calvados.

2022 Mélisandre Maurel – Hug*

Concert à domicile vendredi 28 janvier 2022 pour Hug* ! Le rappeur de 21 ans, qui habite à Falaise et qui y a tourné la plupart de ses clips dont « Après » et « Mode D.O.R.P », extrait de son premier album « Papier décousu », sera en première partie de Tim Dup à 20 h 30. «  C’est mon premier concert devant de vrais gens parce que mon showcase en mars 2021 était un direct en streaming sur YouTube », précise par téléphone le Falaisien.

Ce jeune rappeur est toutefois habitué à monter sur scène par ses passages au Conservatoire de Caen et à l’école Musique En Plaine, à Bourguébus. Il a aussi entendu au El Camino, à Caen, lors d’un Open Mic.

Des exclusivités

Pour son concert du vendredi 28 janvier, il prévoit « un set de trente-cinq minutes avec des chansons déjà parues et des exclusivités ». Il a découvert Tim Dup alors qu’il était collégien et est ravi d’assurer aujourd’hui sa première partie. « Ce qu’il fait est très chouette », déclare Hug*. « Le fait qu’il passe à Falaise me permet de passer en première partie, ce qui est génial pour un jeune comme moi. »

Pour la suite, Hug* annonce d’ores et déjà les dates des 6 et 7 mai 2022 avec son ami et artiste caennais Riz’Ohm à la Bibi, à Caen.

Soirée concert Tim Dup + Hug* le vendredi 28 janvier 2022 à 20h30 au Forum de Falaise.

À Caen, l’association Le Tunnel fait le plein de projets culturels

Le Tunnel, local de répétition située dans le quartier de la Grâce de Dieu, à Caen, est aussi une association qui mène des actions pour initier et accompagner des projets culturels. Rencontre avec Patrice Renard, son fondateur et président, et Lucia Rodrigues, coordinatrice de projets culturels, mardi 14 décembre 2021.

Lucia Rodrigues, coordinatrice de projets culturels au Tunnel, à Caen, derrière la batterie, entourée par Aurélien Heuzé, stagiaire, Louise Carre, service civique, et Finn Barker, stagiaire, mardi 14 décembre 2021.

Le rock du groupe Katsina, la funk-rock de Spleen Mantis, l’electro du producteur BagBoy, l’afro-rock du duo Bafang… Ces musiques ont pour point commun de faire résonner le Tunnel, local de répétition situé avenue du Père Charles de Foucauld, dans le quartier de la Grâce de Dieu, à Caen.

L’association du même nom, fondée en 2005, a d’abord pour vocation d’accompagner les musiciens – amateurs, en voie de professionnalisation ou professionnels – qui cherchent un endroit pour créer et répéter leur musique. « Nous essayons d’accompagner les musiciens de la chambre à la scène », explique Patrice Renard, président du Tunnel. « Nous pouvons faire l’intermédiaire avec d’autres acteurs de la scène actuelle comme le Big Band Café, le Cargö, le FAR, l’association TFT avec laquelle on travaille beaucoup via le dispositif de tournée estivale Aérolive », précise Patrice.

Une autre mission est de créer du lien autour de divers projets culturels. Ceux-ci sont coordonnés par Lucia Rodrigues depuis avril. « Nous avons mis en place un spectacle de théâtre construit avec les habitants autour des discriminations de quartier », indique Lucia Rodrigues. « On a ensuite participé à la programmation de l’événement Mon quartier d’été. On a programmé notamment BagBoy et Bafang sur le quartier de la Grâce de Dieu, et différents artistes allant d’une fanfare à un clown. »

Initiation aux outils numériques

Le numérique, considéré par Patrice Renard comme « indispensable pour promouvoir sa musique et la diffuser », donne lieu à des projets pédagogiques. Ainsi, des élèves du MicroLycée de Caen ont réalisé un reportage sur le Tunnel et ses artistes. La vidéo pourra être consultée sur le futur site internet du Tunnel.

Derrière la salle de répétition, l’équipe du Tunnel dispose de plusieurs postes informatiques
pour mener à bien divers projets numériques et interdisciplinaires.

Le Tunnel a aussi accueilli un projet de création musicale avec réalisation de clips, en partenariat avec l’association TFT et la Mission locale. « Il y a eu une première phase de création musicale avec atelier d’écriture, atelier de Musique Assistée par Ordinateur et enregistrement son animé par le musicien Khalifa », résume Lucia Rodrigues. « Puis, il y a eu une deuxième phase de réalisation de clips où les jeunes étaient aussi bien devant que derrière la caméra. »

Webradio et concours de rap

Les idées ne manquent pas pour continuer à donner vie au Tunnel. Une webradio, en partenariat avec le foyer Robert Rème et financée par la fondation Orange, amènera des jeunes à interroger des habitants, des acteurs associatifs et des commerçants sur la représentation du quartier.

Mentionnons aussi le projet d’un concours de rap en partenariat avec la salle de concert Le Big Band Café, à Hérouville-Saint-Clair, et trois lycées de Caen et son agglomération : le lycée Jean Rostand, le lycée La Clé et un autre établissement qui reste à déterminer. Des ateliers d’écriture seront organisés dans les lycées et au Tunnel pour repérer des potentiels talents et favoriser la rencontre entre des élèves et des artistes.

Le Tunnel a 25 ans

L’association Le Tunnel a été fondée il y a 25 ans. « J’étais objecteur de conscience au cinéma Le Café des images », se souvient Patrice Renard, son actuel président. « Je suivais déjà des groupes de musique. Il manquait des locaux de répétition sur Caen de manière assez cruelle. » Il a alors rencontré le groupe Raï sans frontières qui squattait le lieu, son frère guitariste ayant rejoint le groupe, et en est devenu le manager.

« De fil en aiguille, avec Mohamed, leader de Raï sans frontières, aujourd’hui Kalma, on a monté ce projet qui est devenu ce qu’il est aujourd’hui grâce à la participation de beaucoup de personnes investies dans l’association bénévolement, plusieurs salariés et beaucoup de stagiaires. »

Mohamed Bélaïdi, médiateur, en charge de l’accueil des musiciens, Patrice Renard, président de l’association Le Tunnel, et Lucia Rodrigues, coordinatrice de projets culturels, mardi 14 décembre 2021.

Le Tunnel compte aujourd’hui deux salariés : Lucia Rodrigues, coordinatrice de projets culturels, et Mohamed Bélaïdi, en charge de l’accueil des musiciens et médiateur. Deux stagiaires et une service civique prêtent main-forte.

À noter que les locaux du Tunnel ont été récemment réaménagés par la Ville de Caen, propriétaire du bâtiment. « Cela a nettement amélioré le confort », estime Patrice Renard. « Les habitués sont revenus avec plaisir et de nouveaux groupes viennent. » Le président de l’association annonce de nouveaux tarifs au 1er janvier qui resteront « attractifs ».

Philippe Jautée.

Folk. Le Calvadosien Jahen Oarsman a sorti « Shelters », son premier album

Vendredi 26 novembre 2021, l’artiste folk Jahen Oarsman a sorti « Shelters », son premier album. Il contient dix titres.

Jahen Orsman était dans les studios de Radio 666 mardi 30 novembre 2021 à l’occasion de la sortie de son premier album quelques jours plus tôt.

Enregistré l’été dernier dans le Finistère, près de Morlaix, « Shelters », premier album du Calvadosien Jahen Oarsman, est sorti vendredi 26 novembre 2021. Disponible uniquement sur les plateformes d’écoute, il contient dix titres folk parmi lesquels « Imagination » avec un feat à la basse d’Amaury Ranger, membre de Frànçois & The Atlas Moutains. « C’est un morceau qui montre un peu plus mes racines nord-africaines, ma maman étant d’Alger », a confié Jahen Oarsman lors de son passage dans Les Apéronews sur Radio 666 mardi 30 novembre 2021.

Cette chanson évoque plusieurs facettes de l’imagination, notamment les complications liées au trop-plein d’idées. « On parle souvent du côté cool d’avoir de l’imagination, de trouver des solutions, mais avoir trop d’imagination peut parfois aussi bloquer. »

Avant l’étape marquante du premier album, Jahen Oarsman avait déjà sorti trois EP : « Time is a catcher » en 2014, « Hyde and seek » en 2016 et « In time » en 2018.

Sur la bonne route

Depuis environ huit ans, Jahen Oarsman s’est aussi fait un nom sur scène, notamment à Caen, en première partie de Yael Naim, au Cargö. On a aussi pu l’écouter en concert à La Luciole, à Alençon, au Normandy, à Saint-Lô, sur la scène Troisième œil du festival Chauffer dans la noirceur, à Montmartin-sur-Mer, et aux Papillons de nuit, à Saint-Laurent-de-Cuves.

Dans le cadre de sa future tournée, des concerts se profilent déjà en Normandie, en Bretagne et en Rhône-Alpes pour début 2022.

Cinéma : un documentaire plonge dans les coulisses du festival Élixir

Mercredi 29 septembre 2021, le cinéma Le Café des images, à Hérouville-Saint-Clair (Calvados) projettera le documentaire « Le jour où les Clash sont venus chez nous : l’histoire d’Élixir, le premier festival rock français« .

« Le jour où les Clash sont venus chez nous : l’histoire d’Elixir, le premier festival rock français » est un documentaire coréalisé par Gérard Pont et Jérôme Bréhier. Au fil de ses éditions, cet événement a notamment accueilli Moon Martin, Echo & The Bunnymen et The Undertones. © Morgane production

En partenariat avec le festival Beauregard, le cinéma Le Café des images, lui aussi situé à Hérouville-Saint-Clair (Calvados), propose de se rappeler un festival mythique en projetant le documentaire « Le jour où les Clash sont venus chez nous : l’histoire d’Élixir, le premier festival rock français » le mercredi 29 septembre 2021, à 20 h.

Gérard Pont, producteur du festival Élixir et coréalisateur du film, et Paul Langeois, directeur-programmateur du festival Beauregard, seront présents pour une table-ronde sur les enjeux et la création d’un festival. Celle-ci se déroulera à l’issue de la projection.

Recette bretonne

Le festival Élixir a débuté en 1979. « C’est un festival qui a duré quasiment une décennie », rappelle Jérôme Bréhier, coréalisateur. « Ça a commencé tout d’abord par l’idée d’un festival folk avec un peu toute la fine fleur de la folk anglaise qui débarquait au fin fond du Finistère. »

La Bretagne a ainsi vu jouer Donovan et Murray Head avant que le festival devienne dans les années 80 « plus new wave et plus punk » en accueillant The Stranglers, Simple Minds, « et plus grand public avec Joe Cocker et Stray Cats ».

Le coréalisateur continue de mentionner des noms qui font rêver programmateurs et festivaliers. « On a fini par avoir The Clash, Leonard Cohen, The Cure. Il y a même eu quasiment la première scène de Depeche Mode en France…»

Et impossible de ne pas parler du dernier concert en France de The Clash organisé à Guéhenno, dans le Morbihan, le samedi 13 juillet 1985.

Le documentaire revient particulièrement sur les coulisses du festival et son origine, Pierre Billan et Jean-Paul Billan, deux fils d’agriculteurs. « Ils ont fait appel à Gérard Pont, qui organisait déjà des petits concerts à Brest. »

Organisé par des jeunes, pour des jeunes

Le film, déjà diffusé sur France 3, revient aussi sur les déboires au fil des éditions d’un festival qui a toujours été itinérant, traversant la Bretagne, à chaque fois dans des petites communes. Selon Jérôme Bréhier, ce festival était « désiré par les jeunes, organisé par des jeunes pour des jeunes » mais « finalement pas vraiment aimé des politiques ». Il ajoute : « C’est un peu l’inverse de ce qu’on voit aujourd’hui où chaque commune aimerait bien avoir son festival car ça ramène du monde, de la notoriété, du commerce. Là, ce n’était pas du tout la même ambiance. »

Pour Jérôme Bréhier, rien que le nom du festival avait une puissance évocatrice. « Quand j’avais 14 ans et que je voyais l’affiche dans ma chambre, rien que ça, ça me faisait rêver », confie le coréalisateur. « Et puis à l’époque il y avait quand même très peu de festivals. »

Projection du documentaire « Le jour où les Clash sont venus chez nous : l’histoire d’Élixir, le premier festival rock français » de Gérard Pont et Jérôme Bréhier, le mercredi 29 septembre 2021, à 20 h, au Café des images, à Hérouville-Saint-Clair. Durée : 1h21. Film tout public. Entrée libre. Possibilité de réserver. Le pass sanitaire sera demandé à l’entrée.

Jimmy Usedboots laisse la place à Atrahasis

Dimanche 12 septembre 2021, à l’occasion d’un concert aux Têtes penchées, à Saint-Contest (Calvados), la fin de Jimmy Usedboots a officiellement signifié le début d’Atrahasis.

Valentin et Arthur lors du premier concert du quatuor Atrahasis dimanche 12 septembre 2021, peu après minuit, aux Têtes Penchées, à La Demeurée, à Saint-Contest.
(© Reinold Onfroy)

Quelques vidéos avaient savamment laissé planer le doute sur les réseaux et la bonne nouvelle a été officialisée dimanche 12 septembre 2021, peu après-minuit : des membres de feu Jimmy Usedboots continuent de faire équipe ensemble. Désormais, c’est pour un projet nommé Atrahasis.

Ce nouveau groupe, moins blues et nettement plus rock que Jimmy Usedboots, a profité de l’événement Les Têtes penchées, à la Demeurée, à Saint-Contest (Calvados), pour valoriser ses premières compositions parmi lesquelles l’énergique Glaze crown et la brûlante Love is on the scene. Un nouveau départ qui « donne de la force » à Valentin Dulignée, chanteur, guitariste et parolier d’Atrahasis.

Avant cette officialisation, le musicien n’a pas manqué de remercier les personnes qui ont participé à Jimmy Usedboots, aventure née en 2015 en solo avant d’évoluer dans divers styles et avec plusieurs musiciens. « Pour beaucoup, ce sont restés des copains », précise Valentin. « Mais il fallait tourner cette page. Il fallait que Jimmy s’arrête pour passer à autre chose. »

Sur la même voie

Mêlant rock alternatif et rock progressif, Atrahasis réunit Valentin Dulignée au chant et à la guitare, Arthur Calvet à la guitare et aux voix additionnelles, Marsouin Des Sables à la basse et aux chœurs, et Kévin Motin à la batterie et aux chœurs. Les quatre garçons donnent donc tous de la voix. « Nous avons quatre personnalités vocales sur scène et nous travaillons pour leur donner toute la place nécessaire », explique Valentin.

Premier EP disponible

La naissance d’Atrahasis s’accompagne d’un premier EP intitulé Positive damages, déjà disponible sur Bandcamp depuis le 11 septembre. « C’est un hommage à une revanche sur la vie, quand les épreuves nous mettent à terre mais qu’on se relève », confie Valentin. Les cinq titres, enregistrés au Northshore Studio, à Caen, ont été mixés par le bassiste Marsouin Des Sables et masterisés par Lucas De La Rosa.

« Positives Damages » est le premier EP d’Atrahasis. © Manon Combe & Eutherpe.

Sur le plan musical, Valentin annonce qu’Atrahasis évoluera entre « des morceaux avec des riffs très lourds au bord du stoner et des moments plus calmes, plus psychés ». Le chanteur insiste : « on veut pouvoir exprimer ces deux facettes que nous avons tous les quatre en nous ».

Concert à Caen le 22 octobre

« Nous avons une petite tournée prévue en octobre, une plus grosse en décembre », annonce Valentin, ravi qu’Atrahasis collabore avec le tourneur Paco Bossu. Le groupe sera notamment le vendredi 22 octobre sur la scène du Portobello Rock Club, à Caen, où il partagera l’affiche avec La faim du tigre.

En attendant, Atrahasis aura sorti le 1er octobre son premier clip qui illustrera 3 bullets, titre d’ouverture de leur premier EP.

Le 19 août 2021, le concert de Jimmy Usedboots au parc de la baleine, à Luc-sur-Mer, offrait un aperçu du futur Atrahasis.
L’arrivée de Marsouin Des Sables à la basse de Jimmy Usedboots a contribué au virage rock progressif du quatuor et à la naissance d’Atrahasis.
Kévin, qui assurait déjà la batterie dans Jimmy Usedboots, reste derrière les fûts pour Atrahasis.
Arthur Calvet à la guitare et aux voix additionnelles, et Kévin Motin à la batterie et aux chœurs.
Pour les plus observateurs, le 19 août 2021, à Luc-sur-Mer, le nom du nouveau groupe apparaissait déjà sur la batterie.

Avec l’album « Drama », ALICE ET MOI rend encore plus fan

Après deux EP très prometteurs, le premier album d’Alice et moi ne déçoit pas. La chanteuse french-pop a sorti « Drama » vendredi 21 mai 2021.

« Drama » est le premier album d’ALICE ET MOI. © Photographie : Mélanie Doh. Graphisme : Amand Chevallier.

Après deux EP 5 titres prometteurs, le premier album d’ALICE ET MOI est disponible depuis le vendredi 21 mai 2021 ! La pandémie de Covid-19 a obligé à patienter plus que prévu mais la chanteuse en a profité pour ajouter des chansons. Parmi les seize titres, on trouvera la version été de J’veux sortir avec un rappeur, single du deuxième EP, « pour faire plaisir aux fans qui sont là depuis le début ». Alice précise : « Cette fois, nous sommes partis sur quelque chose de très chaleureux, avec plein de guitares, qui raconte l’histoire d’un rappeur rencontré le temps d’un été sauvage ».

On remarquera aussi dans ce premier album C’est toi que je veux featuring Joanna , Le pire de nous deux featuring Dani Terreur, le touchant Maman m’a dit et le très intéressant T’aimerais que ce soit vrai, single qui rappelle que la jeunesse, aujourd’hui tant décriée pour son rapport aux réseaux sociaux, est aussi capable de prendre du recul sur le sujet. Sans jamais sombrer dans le moralisme, Alice et moi continue de s’amuser à jouer double jeu avec les codes de sa génération.

En studio, Alice a pris ses aises : « Dans mes premiers projets, j’étais encore très terrifiée à l’idée d’être en studio. Aujourd’hui, je me sens à l’aise, je me sens chez moi, je me sens bien. J’espère que ça se ressent un peu dans l’album ».

Tant qu’il y aura du drame

Dans une des chansons de « Drama », ALICE ET MOI confie être Reine du drama. « Je ne l’aurai pas avouer avant », confie l’artiste. « C’est l’album où je suis en phase avec mes émotions et où j’assume ce côté presque too much, intense, des émotions qui vont dans tous les sens, le négatif comme le positif. »

« Oui, je suis une grande drama queen, car j’aime les émotions fortes ! »

Alice et moi

La chanteuse fait aussi preuve de recul : « Je me rends bien compte que parfois je fais du drame avec des grains de sable mais je suis capable d’en rire ».

Être fan et en avoir

Une des grandes réussites de l’album « Drama » est Je suis fan, titre particulièrement bien choisie pour l’ouverture. Les paroles sont plus sombres qu’elles ne semblent être à la première écoute et interrogent sur la distance entre fantasme et réalité et les notions de fans et d’idoles 2.0.

Interrogé sur ses idoles, Alice et moi mentionne Vanessa Paradis à laquelle elle a écrit des lettres : « J’ai retrouvé un dessin de moi, quand j’avais 8 ans, et qui disait que plus tard mon rêve était d’être chanteuse et de chanter avec Vanessa Paradis ».

« J’avais dessiné Vanessa Paradis et moi chanter ensemble, et je lui ai envoyé ».

Alice et moi

La scène et elle

Les fans de la première heure d’Alice et moi savent qu’elle sait détendre le public en concert tout comme elle aime jouer la comédie dans ses clips. Ce plaisir, particulièrement communicatif sur J’en ai rien à faire de son deuxième EP, devrait encore se constater avec le décalé disco-punk Tout va bien de ce premier album, un titre idéal pour danser la nuit.

Après des concerts remarqués à La Maroquinerie le 11 mars 2019 et à La Cigale le 28 janvier 2020, ALICE ET MOI est notamment attendue le 26 mars 2022 au Trianon.

P.J.

Drama, d’Alice et Moi, 16 titres, sortie le vendredi 21 mai 2021 (L’œil dans la paume, Sony Music Entertainment)

Avec « Pop et lunaire », LUNA STONE colore le printemps

Après son radieux premier clip « Pop et lunaire », tourné à Paris et mis en ligne le samedi 1er mai 2021, le duo LUNA STONE prévoit de sortir cet été une reprise puis une composition.

Léa et Mathieu forment le duo Luna Stone. Les deux Calvadosiens apprécient la plage de Cabourg où ils avaient choisi d’être photographiés en 2020.

Le premier clip de LUNA STONE, mis en ligne le samedi 1er mai 2021, a été tourné à Paris, notamment dans la Rue des Frigos, dans le 13e arrondissement . « On a trouvé des décors qui nous correspondaient énormément, très pop, très colorés, à l’image de ce qu’on voulait donner », se souvient Léa.

Une autre partie du tournage s’est déroulée sur l’esplanade de la bibliothèque François Mitterrand, très tôt le matin. « On a, je pense, jamais eu aussi froid de notre vie », précise Mathieu.

Pour Léa et Mathieu, choisir le morceau Pop et lunaire pour le premier clip était une évidence, tant ils se reconnaissent dans ce titre. « Ça va donner une très bonne indication sur les sonorités, sur la couleur de ce qui va suivre », révèle Léa.

Pour l’été 2021, le duo prévoit la sortie d’une reprise « d’un groupe qu’on aime beaucoup », insiste Léa, tout en souhaitant garder la surprise. Ils annoncent aussi une nouvelle composition pour la rentrée de septembre.

Léa et Mathieu de LUNA STONE font partie des artistes qui seront au sommaire de l’émission BalanceTaProg du mardi 1er juin 2021, à partir de 20h30, sur Radio 666.